Devenir un développeur Mac OS X

(This post is also available in English)

Depuis que je suis tout petit, je veux devenir pompier… euh non, développeur Mac OS X. Pour moi, cela veut surtout dire développer des applications, les vendre, en vivre pour faire d'autres applications encore mieux. Et recommencer, et continuer. Ce souhait est en passe de se concrétiser. Développer des applications pour Mac OS X, je l'ai déjà fait au début du siècle, quand Mac OS X est sorti. J'avais un passé de développement avec WebObjects, donc je n'étais pas totalement étranger à la chose. J'ai surtout fait de tous petits utilitaires pour des copains, pour m'occuper. J'espère qu'il n'en reste plus de trace sur Internet, ce serait embarrassant.

En 2008, avec le SDK Cocoa Touch, le virus a fait un retour, d'abord sur l'iPhone. J'ai développé depuis plusieurs applications, à la fois pour moi (321Run, GPSRecorder, MetaEditor) ou pour des clients.

Grâce à Apple et à l'AppStore, j'ai pu compenser mes maigres talents de marketeur et gagner un peu d'argent pour payer quelques frais, pas encore de quoi en vivre. Depuis que j'ai recommencé à développer pour l'iPhone, mon envie de développer pour le mac s'est aussi réveillée. Mais développer pour le Mac c'est juste beaucoup plus dur. J'en rigolais avec Daniel Jalkut à l'époque en disant que quand je serais grand je deviendrais moi aussi développeur Mac (tweet introuvable, merci Twitter). Sauf que devenir grand s'avère plus complexe. D'abord, l'interface du Mac est beaucoup plus dure à maîtriser, avec cette surface non finie et de taille différente qu'est l'écran. AppKit est beaucoup plus complet, mais parfois aussi beaucoup plus "daté" que UIKit. L'historique sur le mac est beaucoup plus important. Mac OS X a été l'occasion de remettre un certain nombre de compteurs à zéro et de recommencer. Mais 10 ans ont passé, et les couches des différentes applications se sont accumulées, nouveaux usages, nouvelles API. Pour avoir une application qui ne dépare pas, il faut composer avec tout ce qui existe en termes de fonctionnalités, et la première marche est beaucoup plus haute. Alors j'ai pris un raccourci: J'ai acheté une application pour la développer et l'éditer sous mon nom, en faire la mienne.

Deck

Deck

J'ai proposé à Kristof Van Landschoot de racheter l'application qu'il a sortie l'année dernière, Deck. Pourquoi celle ci et pas une autre? Parce que je l'aime, parce que j'aime ce qu'elle fait: jouer de la musique. Trouver une application qui soit dans un de mes centres d'intérêts est essentiel. Il faut que je l'utilise, quitte à être le seul utilisateur. Deck s'appuie sur votre librairie iTunes et vous permet de jouer vos albums de musique, un par un, comme si vous aviez encore une platine (Deck) platine disque ou platine CD. Deck se présente comme une nouvelle façon de consulter et d'apprécier votre bibliothèque de musique, sans lancer iTunes et toutes ses fonctions supplémentaires (Store, vidéo, appstore…). Une application qui fait une seule chose et le fait bien: vous faire redécouvrir votre musique.

Acheter une application

Acheter une application n'est pas facile. Ce n'est pas difficile non plus. C'est juste un saut dans l'inconnu, un de plus. Heureusement, il y a déjà eu plusieurs expériences qui ont été racontées. Daniel Jalkut notamment a été un des premiers à dire qu'il allait le faire, et à le faire avec succès (j'écris ces mots dans MarsEdit, d'ailleurs). Je l'ai contacté en même temps que je regardais sa présentation à C4.

Ses quelques conseils m'ont conforté dans l'opinion que j'avais déjà. Justin Williams a aussi raconté publiquement ses expériences en tant que vendeur. J'ai lu et relu ce qu'il en disait, notamment lors d'une présentation récente à 360iDev.

Enfin, Ortwin Gentz a acheté sa première application iPhone lui aussi, bénéficiant lui aussi de l'effet d'accélération que cela représente.

Reste que trouver un prix n'a pas été très facile. Surtout que les modèles habituels d'évaluation ne s'appliquent pas. Car Kristof l'admet lui aussi: la vente d'applications n'est pas son fort. Et en conséquence, les ventes réelles de Deck étaient faibles. Ce qui n'empêche qu'il a passé beaucoup de temps à faire une application, et que celle ci fonctionne bien. Donc il ne pouvait pas non plus la vendre pour zéro. J'ai donc acheté un potentiel. J'ai évalué combien je pouvais en vendre et combien je devais en vendre pour que l'application soit un relatif succès et s'autosuffise: coûts de développement, hébergement, support, etc. Et j'ai déterminé avec Kristof le prix sur la base d'un pourcentage des ventes sur les prochaines années. Il a ainsi particulièrement intérêt à ce que je réussisse à vendre l'application.

Mais même sans cela, c'est près de 7 000 euros que je dois lui verser sur plusieurs années pour dire que l'application est à moi. Une somme que je n'ai pas aujourd'hui devant moi, il faut donc que ce lancement se passe bien.

Futurs plans

Cela fait bientôt 3 semaines que j'ai l'application et son code source. J'avais de petits griefs quant à la façon dont elle fonctionnait, et j'ai corrigé ceux ci. J'ai appris à connaître un peu mieux l'application, découvrir ses arcanes et son fonctionnement pour toutes les parties, ce qui est aussi important pour le support. J'ai localisé en français aussi, parce que je ne pouvais pas laisser l'application en anglais seulement. Et je l'ai préparée pour l'AppStore Mac. Tout ça fait une version 1.1 qui a été envoyée à Apple pour validation (ou pas) et publication sur l'AppStore.

Le futur immédiat, c'est donc le lancement de l'application sur cet AppStore. A moyen terme, la localisation dans d'autres langues est importante: néerlandais, allemand et espagnol font partie des langues que je veux rapidement ajouter. L'interface utilisateur est amenée à évoluer, dès que j'aurais de quoi payer un graphiste. Par ailleurs, j'ai prévu d'accompagner le lancement de l'application avec pas mal de dépenses de marketing pour qu'elle soit plus connue et acquière plus de visibilité. C'est là aussi un gros poste de dépenses pour les mois à venir.

Je continuerai à vous tenir au courant de l'évolution de cet achat et de ce lancement.

Publié le 21 Feb 2011
Écrit par Cyril